• L'apparence et la mise en page d'un texte

    Yo! Bon, aujourd'hui, je vais vous parler d'un truc très important: la mise en page. Elle couvre les couleurs d'un texte, aussi bien que sa présentation, les polices d'écriture, le fond de... fin bref vous m'avez compris: cet article parle d'esthétique!

    Tout d'abord, je vais vous montrer le début d'un texte à moi, mais mal présenté. Vous me direz si ça vous donne envie. Non parce que moi...

    « Imaginez une boutique où toutes les nuits, les mannequins reprennent vie. Ils font comme s'ils étaient encore des personnes normales. Ils ne parlent plus, ne voient plus, mais ils ont toujours un cœur. Cependant, avant les premiers rayons du soleil, ils doivent avoir regagné leurs places dans les vitrines... ou être réduits en cendres par le maléfice. La mort ou la captivité ? A eux de vo ir... » -Mélia E.

     Voilà, rien que comme ça c'est assez horrible puisque tout est random: la taille de police, la police, la couleur, le surlignage... Mais imaginez un article, voire un blog entier présenté d'une façon similaire, aussi aléatoire?!

    Problème n°1 - Les COULEURS

    Les couleurs, dans un article texte, ça s'utilise avec parcimonie, pour mettre en valeur des titres, sous-titres ou des choses importantes.
    Et puis, dans un récit, c'est à dire dans le cas qu'on étudie actuellement, on n'en utilise pas du tout puisqu'une couleur différente par phrase ne donne pas un texte lisible.
    Et même si c'est une couleur par personnage, dites-vous qu'on n'est pas en anglais avec un dialogue à apprendre par cœur, on est sur un blog pour lire une histoire. Choisir une couleur par personnage ne rend pas le texte plus lisible, bien au contraire.
    Vous voyez, les bouquins d'édition, si y'a pas plein de couleurs c'est pour une raison. Oui, ça coûte cher, aussi -mais surtout que personne ne lirait si tous les livres étaient des arc-en-ciels. Même quand vos couleurs ont un sens, ça brise la fluidité du texte et l'immersion. C'est une question d'habitude, on lit moins bien quand on est tout le temps dérangé par un stimuli extérieur: les couleurs changeantes sont des stimulis dérangeants.
    D'autant que les gens que j'ai vus faire ça n'ont pas un style fluide, de base. Du coup, imaginez la chose suivante: on lit à haute voix votre texte, et à chaque changement de couleurs on fait une pause de 40 secondes. Je pense que ça illustre bien ma détresse face à ce phénomène.

    Problème n°2 - La POLICE D’ÉCRITURE

    Alors. Si vous voulez que la personne qui vous lise plante et fasse une erreur winows-redémarrage système, changez de police au milieu d'une phrase. Et comme ça vous aurez exactement le même skill de présentation que Faurisson (authentique. Oui oui).

    Qu'on se comprenne: pour différencier les titres, ou mettre en page un journal, un bulletin d'information, un télégramme, une note ou quelque chose de similaire, ça peut être intéressant et si c'est bien utilisé c'est assez cool. D'ailleurs j'ai déjà utilisé cet effet pour présenter justement un bulletin d'information, et au niveau des titres, la police d'écriture change assez souvent, et pas que chez moi, un peu partout.
    Autant, au milieu de votre récit, ça casse tout et c'est assez insupportable. Les bugs ou erreurs arrivent, mais en ce cas, vaut mieux les corriger.
    Dans l'ensemble, retenez que tout votre texte doit être de la même police d'écriture et à la même taille. Quand vous racontez une histoire, vous n'avez aucune excuse pour mettre un bout du texte en 15px et un bout en 35px, pourquoi quelqu'un ferait cela??

    Problème n°3 - La COULEUR D'ARRIÈRE PLAN

    Vous n'avez pas d'excuses. On ne surligne pas des trucs au milieu d'un récit. Il n'y a pas un mot plus important que l'autre au milieu de votre histoire, donc vous n'avez aucune raison de faire du surlignage.
    Le pire c'est quand même les gens qui s'amusent à mettre une couleur flashy tout en surlignant d'une autre couleur flashy -oui un peu comme j'ai fait dans l'exemple en haut... Honnêtement, quand je vois ce genre de trucs dans un texte de type fiction (non parce que pour les autres articles, le surlignage, avec parcimonie, c'est utile et ça se justifie), j'ai tendance à faire ça: "allez ok je ferme la page", parce que j'ai pas envie de me massacrer les yeux...

    Comme les points précédents, ça nuit à la fluidité de votre texte et carrément à sa lisibilité.
    (Il existe un site qui recense tous les fails de présentation existants -un par page. Je sais plus lequel c'est mais j'essaierai de vous le retrouver pour vous le mettre en fin d'article ^^)

    Problème n°4 - en plus, les gens qui font ce genre de trucs prennent souvent pas bien du tout la critique de leur mise en page. 

    Si on vous dit que votre texte n'est pas lisible à cause de votre mise en page, c'est pas grave, c'est pas la mort. Si ça se trouve, vous êtes la réincarnation de Dante Alighieri! Mais si on peut pas vous lire, on le saura jamais... ._. du coup je sais que ça n'est pas vraiment un problème de mise en page en soit, mais j'ai parfois eu du mal à ne pas remettre les articles de la couleur par défaut en installant un thème. Je le fais pas par respect pour les choix de la personne, mais des fois ça démange :')

     

    Point 5: attention à l'alignement de votre texte!

    • L'alignement: un bout du texte centré, un autre bout justifié... ça aussi c'est un fail de présentation qui donne pas envie de lire ;) donc alignez tout votre texte pareil. Et si c'est une fiction en prose, de préférence alignez en justifié ou à gauche... toujours commencer la ligne à un endroit différent ça donne pas envie et ça ruine la mise en page. Et au bout d'un moment, ça fatigue vraiment les yeux.
    • Le retrait: Bon. Pour vous dire, imaginez un dialogue qui aurait cette tête:

    -Bonjour

    -Bonjour

    -Comment ça va

    -Bien et toi?

    Voilà, je crois que c'est clair: tout votre texte doit être au même retrait. Comme je l'ai dit plus haut, toujours commencer sa ligne à un endroit différent, c'est fatiguant et rébarbatif.

    • Les alinéas de début de paragraphe: point positif! Vous savez ce que c'est et vous les utilisez pour mettre en valeur vos débuts de paragraphe. Et comme l'éditeur de Ekla ne fait pas les alinéas automatiquement, vous faites un nombre prédéfini d'espaces avant le premier mot de votre première ligne. Et puis vous vous plantez. Parfois, ça se voit, surtout si vous utilisez la touche tabulation, parce que parfois pour x raison elle ne fait pas un espace de la même longueur que les autres...

    Conclusion: pourquoi présenter un texte uniforme, avec une présentation lisse, de la même couleur et de la même taille, et des changements de police définis? La raison est simple: la lisibilité et la fluidité. On lit mieux quelque chose qui est net et carré, qui ne nous fait pas tiquer toutes les 2 phrases et qui se voit, déjà...

    Cet article a été remanié pour sembler moins incendiaire. ._.

    >Retour à la liste des tutos


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :